Fredrika Stahl

En partenariat avec Caravelle Prod

Booking : florent@agauchedelalune.com

  • Willow

Biographie

A ceux qui douteraient encore de l’éminence de la scène scandinave lorsqu’il s’agit de rédiger de beaux chapitres sonores, la francophile Suédoise Fredrika Stahl répond avec un nouvel album somptueux. Élégamment réalisé par le producteur Rob Ellis, Off to Dance fait de la musicienne l’héritière légitime de Kate Bush, la nouvelle souveraine d’une pop raffinée et rêveuse.

 

Fredrika Stahl avait tout juste dix-huit ans lorsqu’elle a commencé l’écriture de son premier album - comme c’est le cas de beaucoup de premiers projets, la chose aura nécessité près de quatre ans pour voir le jour. Depuis ce chapitre initial, la musicienne affiche une cadence régulière et impressionnante, accouchant d’un nouveau disque tous les deux ans. A à peine 28 ans, celle qui pourrait concourir au titre de plus francophile des Suédoises -elle a passé une partie de son enfance en France, y réside depuis sa majorité et, surtout, parle couramment la langue de Barbara- publie ainsi son quatrième album, un Off to Dance éblouissant. "Les albums deviennent de plus en plus difficiles à faire car je n’ai pas envie de me répéter. Mais c’est ce qui rend les choses intéressantes."

Les choses sont mêmes passionnantes ici : plus qu’un renouvellement, Off to Dance est une formidable renaissance pour Fredrika Stahl. Jadis habituée aux colonnes jazz des magazines, la musicienne apparaît aujourd’hui comme une grande artiste pop et s’invite à la table d’une belle famille virtuelle qui réunirait aussi Emiliana Torrini, Feist, Kate Bush ou Keren Ann. "Je crois que, dans le fond, mon travail brut a toujours été très pop", concède l’intéressée.


Cette évolution, Fredrika la doit d’abord à l’expérience acquise ces quatre derniers trimestres. Depuis 2010, la musicienne a connu le succès avec son album Sweep me Away, porté par le petit carton de Twinkle Twinkle Little Star, variation autour d’une comptine anglaise qui avait vu la jeune femme égayer la publicité d’une célèbre voiture. Fredrika a également enchaîné près de 150 concerts, se produisant en duo ou accompagnée d’un groupe, promenant ses chansons entre la France, l’Angleterre, La Pologne, l'Allemagne, la Turquie et même l’Algérie. Pour le projet Pop’pea, qui revisitait, dans une version rock, le Couronnement de Poppée de Monteverdi, elle a en outre foulé la scène du Théâtre du Châtelet aux côtés de Benjamin Biolay et de l’ex-Libertines Carl Barat. "Ces deux années ont été très intenses. J’ai senti que j’étais en train de fermer un chapitre, pour mieux préparer le suivant. J’ai donc naturellement eu envie de travailler avec de nouvelles personnes pour ce nouveau disque."


Sur les conseils de son manager, la Suédoise rencontre alors le producteur Rob Ellis alias l’homme qui aimait les femmes de goût : il est connu pour ses collaborations avec PJ Harvey, Marianne Faithfull ou Anna Calvi. Autour d’elle, le réalisateur agence un casting en or, conviant Ben Christophers de Bat For Lashes, Adrian Utley de Portishead et Tom Havelock de Cold Specks. Tout ce beau monde part s’enfermer, l’hiver dernier, dans un studio niché dans une maison du fin fond du Pays de Galles, entre moutons et rivière. "C’était glacial. Il pleuvait dehors sans cesse. Ca a créé une drôle d’ambiance, presque mystique." Dans ce paysage sauvage et bucolique, la jeune femme trouve le décor parfait pour accueillir et mettre sur bande ses ballades. "J’ai toujours été une personne mélancolique. Cette fois, j’ai essayé de ne plus en faire un handicap."

 

Off to Dance n’est d’ailleurs pas un album mélancolique : c’est un disque délicat, gracieux, porté par une sensibilité symptomatique des songwriters scandinaves et une écriture en or.

On y découvre une chanteuse capable de se faire funambule de la mélodie (Trip me Up), d’agencer de vrais petits miracles pop autour d’un piano telle une Kate Bush ou une Joni Mitchell (Deep Breath then Dive), de se faire correspondante de Regina Spektor (Off to Dance) et Fiona Apple (Glory), ou enfin de titiller les jambes comme une sérieuse concurrente de Feist ou Lykke Li (We are Whole).

 

Portés par des arrangements soyeux, on y entend s’enchaîner les premiers trésors mélodiques de 2013 (Off to Dance ou le ravissant Little Muse). Surtout, on y décèle une vraie sensibilité, un souffle, une âme. "Plus jeune, j’avais envie de bien faire, je ne voulais pas faire d’erreur. Cette fois, en travaillant avec Rob, j’ai du apprendre à lâcher prise, privilégier les émotions."
Quand on lui demande ce qu’elle envisage pour l’avenir, Fredrika répond qu’elle se verrait bien composer la bande originale d’un film. Fût-il transposé sur grand écran, ce Off to Dance mériterait la palme d’or.

Discographie

Off To Dance (2013) Off To Dance (2013)
Sweep Me Away (2010) Sweep Me Away (2010)
Tributaries (2008) Tributaries (2008)
A Fraction Of You (2006) A Fraction Of You (2006)

Galerie

Fredrika Stahl by Lionel Samain
Fredrika Stahl 1
Fredrika Stahl 2
Fredrika Stahl Cover Album
© 2015 A Gauche De La Lune - Tous droits réservés | mentions légales
Tous les artistes AGDL